Modeling the wisdom of Jesus par Robert Dilts : Différence entre versions

De WikiPNL
(a)
(trad)
 
(2 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
{{DEFAULTSORT:Jesus}}{{Modèle:Sauvegarde Article}}
 
{{DEFAULTSORT:Jesus}}{{Modèle:Sauvegarde Article}}
by Robert Dilts.
+
by Robert Dilts.  
 +
Le contenu de cette pageest sous Copyright © 1996 par Robert Dilts., Santa Cruz, CA. Essai de traduction en bas de l'article.
 +
 
 
==Introduction==
 
==Introduction==
 
The words, ideas and actions of Jesus of Nazareth have been a major influence on Western civilization for almost two thousand years now. Through the ages, Jesus has been viewed as many different things by many different people a teacher, a miracle worker, a charismatic healer, a magician, a political and religious leader, the son of God, a metaphor, etc. Having been raised Catholic (and attended Catholic schools through secondary school) I was continually exposed to the gospels and the stories of Jesus' deeds. I have often contemplated the relevance of the stories of Jesus' works for NLP and vice versa.
 
The words, ideas and actions of Jesus of Nazareth have been a major influence on Western civilization for almost two thousand years now. Through the ages, Jesus has been viewed as many different things by many different people a teacher, a miracle worker, a charismatic healer, a magician, a political and religious leader, the son of God, a metaphor, etc. Having been raised Catholic (and attended Catholic schools through secondary school) I was continually exposed to the gospels and the stories of Jesus' deeds. I have often contemplated the relevance of the stories of Jesus' works for NLP and vice versa.
 +
 
It is well known that the field of NLP was established as a result of modeling effective 'healers'. NLP began when Richard Bandler and John Grinder modeled patterns of language and behavior from the works of Fritz Perls, Virginia Satir and Milton H. Erickson, M.D. The first 'techniques' of NLP were derived from key verbal and non-verbal patterns Grinder and Bandler observed in the behavior of these exceptional therapists. Bandler and Grinder's first book was titled The Structure of Magic. The implication of this title was that what seemed magical and unexplainable often had a deeper structure that, when illuminated, could be understood, communicated and put into practice by people other than the few exceptional 'wizards' who had initially performed the 'magic'.
 
It is well known that the field of NLP was established as a result of modeling effective 'healers'. NLP began when Richard Bandler and John Grinder modeled patterns of language and behavior from the works of Fritz Perls, Virginia Satir and Milton H. Erickson, M.D. The first 'techniques' of NLP were derived from key verbal and non-verbal patterns Grinder and Bandler observed in the behavior of these exceptional therapists. Bandler and Grinder's first book was titled The Structure of Magic. The implication of this title was that what seemed magical and unexplainable often had a deeper structure that, when illuminated, could be understood, communicated and put into practice by people other than the few exceptional 'wizards' who had initially performed the 'magic'.
  
Ligne 14 : Ligne 17 :
  
 
There's an interesting Far Side cartoon depicting a professor, who looks somewhat like Albert Einstein, madly writing a very complex series of mathematical equations on a blackboard. At a certain point in the midst of all of this very scientific looking scribbling, he stops and writes, "And then a miracle happens." And then madly goes on again with his equations. One of his colleagues is standing nearby pointing at the comment about the miracle and asking, "Could you be a bit more specific about that part there?" In a way, that is a metaphor for my study of Jesus' healing patterns. A lot has been written and said about the 'equations' surrounding the miracles. Is it possible to be a little bit more specific about the part where the miracle happens? I think that, in considering Jesus' works of healing, there will always be a point where we must simply say, "And then a miracle happens." The question is, "Is it possible, by modeling the descriptions of Jesus' healing works, to discover verbal and behavioral patterns which create a context in which it is more likely that a 'miracle' will happen?"
 
There's an interesting Far Side cartoon depicting a professor, who looks somewhat like Albert Einstein, madly writing a very complex series of mathematical equations on a blackboard. At a certain point in the midst of all of this very scientific looking scribbling, he stops and writes, "And then a miracle happens." And then madly goes on again with his equations. One of his colleagues is standing nearby pointing at the comment about the miracle and asking, "Could you be a bit more specific about that part there?" In a way, that is a metaphor for my study of Jesus' healing patterns. A lot has been written and said about the 'equations' surrounding the miracles. Is it possible to be a little bit more specific about the part where the miracle happens? I think that, in considering Jesus' works of healing, there will always be a point where we must simply say, "And then a miracle happens." The question is, "Is it possible, by modeling the descriptions of Jesus' healing works, to discover verbal and behavioral patterns which create a context in which it is more likely that a 'miracle' will happen?"
 +
 
==The Power of Belief==
 
==The Power of Belief==
 
In the New Testament two words are used in reference to healing 1) iaomai - which means to heal in the sense of 'curing' or 'repairing', and 2) therapeuo which means 'to attend to someone'. When Jesus referred to healing, he used the word 'therapeuo'. The implication being that he viewed healing as supporting and encouraging the natural self healing ability of the system as opposed to exerting power over it himself to 'repair' it. Jesus was able to tap into and encourage the healing process in a way that was both effective and systematic. One of the ways he did this was through the person's belief system.
 
In the New Testament two words are used in reference to healing 1) iaomai - which means to heal in the sense of 'curing' or 'repairing', and 2) therapeuo which means 'to attend to someone'. When Jesus referred to healing, he used the word 'therapeuo'. The implication being that he viewed healing as supporting and encouraging the natural self healing ability of the system as opposed to exerting power over it himself to 'repair' it. Jesus was able to tap into and encourage the healing process in a way that was both effective and systematic. One of the ways he did this was through the person's belief system.
Ligne 34 : Ligne 38 :
  
 
At the core of Jesus' works of healing was his ability to elegantly and effectively help people to shift these types of limiting beliefs to beliefs involving hope for the future, a sense of capability and responsibility, and a sense of self-worth and belonging. Jesus' uncanny ability to be able to gain access to and transform core beliefs and identity issues in his patients and followers can no doubt at least partially account for the dramatic changes he was able to effect.
 
At the core of Jesus' works of healing was his ability to elegantly and effectively help people to shift these types of limiting beliefs to beliefs involving hope for the future, a sense of capability and responsibility, and a sense of self-worth and belonging. Jesus' uncanny ability to be able to gain access to and transform core beliefs and identity issues in his patients and followers can no doubt at least partially account for the dramatic changes he was able to effect.
 +
 
By all accounts, Jesus had the unique ability to easily and consistently help people to change limiting beliefs and establish new empowering beliefs. The core question in modeling is, "How did he do it?" One clue is provided by the type of strategies he promoted in his teachings and parables.
 
By all accounts, Jesus had the unique ability to easily and consistently help people to change limiting beliefs and establish new empowering beliefs. The core question in modeling is, "How did he do it?" One clue is provided by the type of strategies he promoted in his teachings and parables.
 
==The Sower and the Seed A Fundamental Paradigm for Change==
 
==The Sower and the Seed A Fundamental Paradigm for Change==
Ligne 50 : Ligne 55 :
  
 
The next step in the modeling process is to explore more specifically how Jesus accomplished these goals in his healing works.
 
The next step in the modeling process is to explore more specifically how Jesus accomplished these goals in his healing works.
 +
 
==Healing Through Word and Touch==
 
==Healing Through Word and Touch==
 
Is it possible to actually model specific processes through which Jesus was able to transform the obstacles to empowering beliefs and precipitate healing miracles? According to the Gospels, Jesus' primary approach to healing involved the systematic use of language and the 'laying on of hands'.
 
Is it possible to actually model specific processes through which Jesus was able to transform the obstacles to empowering beliefs and precipitate healing miracles? According to the Gospels, Jesus' primary approach to healing involved the systematic use of language and the 'laying on of hands'.
Ligne 74 : Ligne 80 :
  
 
These are only two of the many fascinating examples of Jesus' healing works. Unfortunately, to go into depth with any others is beyond the scope of this article.
 
These are only two of the many fascinating examples of Jesus' healing works. Unfortunately, to go into depth with any others is beyond the scope of this article.
 +
 
==The Mission to Heal==
 
==The Mission to Heal==
 
More than anything else, what shines through the reports of Jesus' works of healing was that there was a 'mission to heal' behind his actions. I think that in many ways having the mission to heal is even more important than having the tools to heal. I think 'healing', as opposed to 'curing' or 'fixing' or 'mending' something that's broken, comes out of that sense of mission.
 
More than anything else, what shines through the reports of Jesus' works of healing was that there was a 'mission to heal' behind his actions. I think that in many ways having the mission to heal is even more important than having the tools to heal. I think 'healing', as opposed to 'curing' or 'fixing' or 'mending' something that's broken, comes out of that sense of mission.
 +
 
One of the things that shows up quite clearly in the gospels is that Jesus didn't try keep the mission or ability to "heal" to himself. Matthew (101) reports, "And when he had called unto him his twelve disciples, he gave them power against unclean spirits, to cast them out, and to heal all manner of sickness and all manner of disease." In fact, one of the first tasks he assigned to his disciples was to go out and "Heal the sick, cleanse the lepers, raise the dead, cast out devils freely ye have received, freely give." (Matthew 108) 'Freely have you received, freely give'. This is not a message that healing is something to be held on to and practiced only by an elite few. Rather it implies that healing is a mission to be shared.
 
One of the things that shows up quite clearly in the gospels is that Jesus didn't try keep the mission or ability to "heal" to himself. Matthew (101) reports, "And when he had called unto him his twelve disciples, he gave them power against unclean spirits, to cast them out, and to heal all manner of sickness and all manner of disease." In fact, one of the first tasks he assigned to his disciples was to go out and "Heal the sick, cleanse the lepers, raise the dead, cast out devils freely ye have received, freely give." (Matthew 108) 'Freely have you received, freely give'. This is not a message that healing is something to be held on to and practiced only by an elite few. Rather it implies that healing is a mission to be shared.
  
 
According to Mark (314-15) "And he ordained twelve, that they should be with him, and that he might send them forth to preach, And to have power to heal sicknesses, and to cast out devils." Luke (101) adds that, later on in his ministry, Jesus "appointed another seventy also, and sent them two and two before his face to every city and place", telling them to, "heal the sick that are therein..."
 
According to Mark (314-15) "And he ordained twelve, that they should be with him, and that he might send them forth to preach, And to have power to heal sicknesses, and to cast out devils." Luke (101) adds that, later on in his ministry, Jesus "appointed another seventy also, and sent them two and two before his face to every city and place", telling them to, "heal the sick that are therein..."
 +
 
We are also told that Jesus did not discourage the practice of healing in his name being done by people that were not even his followers (Mark 938-40, Luke 949-50). When Jesus is told that somebody who was not one of his disciples was out healing in his name, and asked if he was going to chastise this person Jesus replies, "he that is not against us is with us." (Luke 950). It is as if he was saying that anybody who shares the mission to heal shares something that is really important and deep.
 
We are also told that Jesus did not discourage the practice of healing in his name being done by people that were not even his followers (Mark 938-40, Luke 949-50). When Jesus is told that somebody who was not one of his disciples was out healing in his name, and asked if he was going to chastise this person Jesus replies, "he that is not against us is with us." (Luke 950). It is as if he was saying that anybody who shares the mission to heal shares something that is really important and deep.
 +
 
My interpretation of Jesus' comments and actions is that the ability to heal was not just something that Jesus intended to keep for himself, but rather was something that he intended others to learn and to do. Not only did Jesus want and encourage others to heal, he seems to have been fairly successful at transferring the ability. Mark (613) mentions that Jesus' disciples, "cast out many devils, and anointed with oil many that were sick, and healed them."
 
My interpretation of Jesus' comments and actions is that the ability to heal was not just something that Jesus intended to keep for himself, but rather was something that he intended others to learn and to do. Not only did Jesus want and encourage others to heal, he seems to have been fairly successful at transferring the ability. Mark (613) mentions that Jesus' disciples, "cast out many devils, and anointed with oil many that were sick, and healed them."
  
Ligne 102 : Ligne 112 :
  
 
Comme une grande partie de mon propre travail dans le domaine de la PNL a lié à ses nombreuses applications dans le domaine de la santé et la guérison, j'ai longtemps été intrigué par les comptes des œuvres de Jésus de guérison. À bien des égards les œuvres de guérison de Jésus semblent aussi remarquable pour nous aujourd'hui comme ils le faisaient au cours de son propre temps. capacités exceptionnelles de Jésus de guérir sont mentionnés dans les évangiles plus de 35 fois - un grand nombre de références décrivant la façon dont il a guéri "multitudes" de personnes "qui ont été prises avec diverses maladies et les tourments, et ceux qui étaient possédés de démons, et ceux qui étaient lunatik, et ceux qui ont eu la paralysie »(Matthieu 424), y compris le" boiteux, des aveugles, des muets et mutilé »(Matthieu 1530). Ainsi, il est quelque peu surprenant de constater que très peu d'efforts ont été faits pour examiner les œuvres de Jésus de guérison du point de vue de ce qu'ils pourraient contribuer à promouvoir pratiquement le processus de guérison. Comme Ian Wilson souligne dans son livre Jésus La preuve (1985)
 
Comme une grande partie de mon propre travail dans le domaine de la PNL a lié à ses nombreuses applications dans le domaine de la santé et la guérison, j'ai longtemps été intrigué par les comptes des œuvres de Jésus de guérison. À bien des égards les œuvres de guérison de Jésus semblent aussi remarquable pour nous aujourd'hui comme ils le faisaient au cours de son propre temps. capacités exceptionnelles de Jésus de guérir sont mentionnés dans les évangiles plus de 35 fois - un grand nombre de références décrivant la façon dont il a guéri "multitudes" de personnes "qui ont été prises avec diverses maladies et les tourments, et ceux qui étaient possédés de démons, et ceux qui étaient lunatik, et ceux qui ont eu la paralysie »(Matthieu 424), y compris le" boiteux, des aveugles, des muets et mutilé »(Matthieu 1530). Ainsi, il est quelque peu surprenant de constater que très peu d'efforts ont été faits pour examiner les œuvres de Jésus de guérison du point de vue de ce qu'ils pourraient contribuer à promouvoir pratiquement le processus de guérison. Comme Ian Wilson souligne dans son livre Jésus La preuve (1985)
 +
 
"S'il y a une caractéristique de ses activités qui brille à plusieurs reprises des évangiles, il est [Jésus] capacité de travail que les hommes ont appelé« miracles »... dans l'ampleur de ses succès rapportés Jésus était sans égal .. .Yet paradoxalement, il a été l'un des moins explorés ". (Pp. 99-100)
 
"S'il y a une caractéristique de ses activités qui brille à plusieurs reprises des évangiles, il est [Jésus] capacité de travail que les hommes ont appelé« miracles »... dans l'ampleur de ses succès rapportés Jésus était sans égal .. .Yet paradoxalement, il a été l'un des moins explorés ". (Pp. 99-100)
  
 
Je crois que les outils et les distinctions de la PNL peut aider à jeter un nouvel éclairage sur ce domaine fascinant.
 
Je crois que les outils et les distinctions de la PNL peut aider à jeter un nouvel éclairage sur ce domaine fascinant.
 
Il y a un dessin animé Far Side intéressant représentant un professeur, qui ressemble un peu à Albert Einstein, écrit follement une série très complexe d'équations mathématiques sur un tableau noir. À un certain moment, au milieu de tout cela gribouillage d'apparence très scientifique, il arrête et écrit: «Et puis, un miracle se produit." Et puis va follement à nouveau avec ses équations. Un de ses collègues est debout à proximité pointant le commentaire sur le miracle et demander: «Pourriez-vous être un peu plus précis sur cette partie là-bas?" D'une certaine manière, qui est une métaphore de mon étude des modèles de guérison de Jésus. Beaucoup a été dit et écrit sur les «équations» entourant les miracles. Est-il possible d'être un peu plus précis sur la partie où le miracle se produit? Je pense que, en considérant les œuvres de Jésus de guérison, il y aura toujours un point où nous devons simplement dire: «Et puis un miracle arrive." La question est: «Est-il possible, en modélisant les descriptions de Jésus la guérison œuvres, à découvrir des modèles verbaux et comportementaux qui créent un contexte dans lequel il est plus probable qu'un« miracle »qui va se passer?"
 
Il y a un dessin animé Far Side intéressant représentant un professeur, qui ressemble un peu à Albert Einstein, écrit follement une série très complexe d'équations mathématiques sur un tableau noir. À un certain moment, au milieu de tout cela gribouillage d'apparence très scientifique, il arrête et écrit: «Et puis, un miracle se produit." Et puis va follement à nouveau avec ses équations. Un de ses collègues est debout à proximité pointant le commentaire sur le miracle et demander: «Pourriez-vous être un peu plus précis sur cette partie là-bas?" D'une certaine manière, qui est une métaphore de mon étude des modèles de guérison de Jésus. Beaucoup a été dit et écrit sur les «équations» entourant les miracles. Est-il possible d'être un peu plus précis sur la partie où le miracle se produit? Je pense que, en considérant les œuvres de Jésus de guérison, il y aura toujours un point où nous devons simplement dire: «Et puis un miracle arrive." La question est: «Est-il possible, en modélisant les descriptions de Jésus la guérison œuvres, à découvrir des modèles verbaux et comportementaux qui créent un contexte dans lequel il est plus probable qu'un« miracle »qui va se passer?"
 +
 
===Le pouvoir de la croyance===
 
===Le pouvoir de la croyance===
 
Dans le Nouveau Testament deux mots sont utilisés en référence à la guérison 1) iaomai - ce qui signifie que pour guérir dans le sens de «durcissement» ou «réparation», et 2) therapeuo qui signifie «pour assister à quelqu'un». Lorsque Jésus a fait référence à la guérison, il a utilisé le mot «therapeuo». L'implication étant qu'il considérait la guérison en soutenant et en encourageant la capacité naturelle de guérison de soi du système par opposition à exercer un pouvoir sur lui-même pour «réparer» ce. Jésus a pu puiser dans et d'encourager le processus de guérison d'une manière qui était à la fois efficace et systématique. L'un des moyens qu'il a fait cela a été par le biais du système de croyance de la personne.
 
Dans le Nouveau Testament deux mots sont utilisés en référence à la guérison 1) iaomai - ce qui signifie que pour guérir dans le sens de «durcissement» ou «réparation», et 2) therapeuo qui signifie «pour assister à quelqu'un». Lorsque Jésus a fait référence à la guérison, il a utilisé le mot «therapeuo». L'implication étant qu'il considérait la guérison en soutenant et en encourageant la capacité naturelle de guérison de soi du système par opposition à exercer un pouvoir sur lui-même pour «réparer» ce. Jésus a pu puiser dans et d'encourager le processus de guérison d'une manière qui était à la fois efficace et systématique. L'un des moyens qu'il a fait cela a été par le biais du système de croyance de la personne.
Ligne 116 : Ligne 128 :
  
 
Ces citations impliquent certainement cette croyance est l'un des facteurs clés pour aider un miracle se produise. Comme maintenu Goethe, «Le miracle est l'enfant le plus cher de la foi." Même la science médicale moderne reconnaît l'influence de guérison de croyances sous la forme de «l'effet placebo». Mon propre travail dans les applications de la PNL en psychothérapie et de guérison ont certainement mis en évidence pour moi personnellement la signification des croyances des gens sur leur santé mentale et physique. [Voir l'évolution des systèmes de croyance avec la PNL (Dilts, 1990) et Croyances Sentiers de la santé et bien-être (Dilts, Hallbom & Smith, 1990).] Je l'ai vu des choses assez «miraculeux» se produisent lorsque les gens ont changé croyances limitantes concernant eux-mêmes et leur santé; y compris la récupération d'un cancer et d'autres tumeurs, l'arthrite, les allergies, le lupus, des problèmes de vision, les maladies mentales de nombreux types et même les symptômes du SIDA.
 
Ces citations impliquent certainement cette croyance est l'un des facteurs clés pour aider un miracle se produise. Comme maintenu Goethe, «Le miracle est l'enfant le plus cher de la foi." Même la science médicale moderne reconnaît l'influence de guérison de croyances sous la forme de «l'effet placebo». Mon propre travail dans les applications de la PNL en psychothérapie et de guérison ont certainement mis en évidence pour moi personnellement la signification des croyances des gens sur leur santé mentale et physique. [Voir l'évolution des systèmes de croyance avec la PNL (Dilts, 1990) et Croyances Sentiers de la santé et bien-être (Dilts, Hallbom & Smith, 1990).] Je l'ai vu des choses assez «miraculeux» se produisent lorsque les gens ont changé croyances limitantes concernant eux-mêmes et leur santé; y compris la récupération d'un cancer et d'autres tumeurs, l'arthrite, les allergies, le lupus, des problèmes de vision, les maladies mentales de nombreux types et même les symptômes du SIDA.
 +
 
Les trois domaines les plus communs de croyances limitantes centrent autour des questions de désespoir, d'impuissance et d'inutilité. Ces trois domaines de croyance peuvent exercer une grande influence en ce qui concerne la santé mentale et physique d'une personne.
 
Les trois domaines les plus communs de croyances limitantes centrent autour des questions de désespoir, d'impuissance et d'inutilité. Ces trois domaines de croyance peuvent exercer une grande influence en ce qui concerne la santé mentale et physique d'une personne.
  
Désespoir se produit lorsque quelqu'un ne croit pas un objectif particulier souhaité est encore possible. Elle est caractérisée par un sens que, «Peu importe ce que je fais il ne fera pas une différence. Ce que je veux est pas possible d'obtenir. Il est hors de mon contrôle. Je suis une victime."
+
* '''Désespoir''' se produit lorsque quelqu'un ne croit pas un objectif particulier souhaité est encore possible. Elle est caractérisée par un sens que, «Peu importe ce que je fais il ne fera pas une différence. Ce que je veux est pas possible d'obtenir. Il est hors de mon contrôle. Je suis une victime."
 +
 
 +
* '''Impuissance''' se produit lorsque, même si il ou elle croit que le résultat existe et est possible d'obtenir, une personne ne croit pas qu'il ou elle est capable de l'atteindre. Il produit un sens que, «Il est possible pour les autres pour atteindre cet objectif, mais pas pour moi. Je ne suis pas assez bon ou assez capable de l'accomplir."
  
Impuissance se produit lorsque, même si il ou elle croit que le résultat existe et est possible d'obtenir, une personne ne croit pas qu'il ou elle est capable de l'atteindre. Il produit un sens que, «Il est possible pour les autres pour atteindre cet objectif, mais pas pour moi. Je ne suis pas assez bon ou assez capable de l'accomplir."
+
* '''Insignifiance''' se produit lorsque, même si une personne peut croire que le but recherché est possible et qu'il ou elle a même la capacité d'accomplir, cette personne croit qu'il ou elle ne mérite pas d'obtenir ce qu'il / elle veut. Il est souvent caractérisée par un sens que, «Je suis un faux. Je ne suis pas. Je ne mérite pas d'être heureux ou en bonne santé. Il y a quelque chose essentiellement et fondamentalement mal avec moi en tant que personne et je mérite la douleur et la souffrance que je fais l'expérience ".
Insignifinace se produit lorsque, même si une personne peut croire que le but recherché est possible et qu'il ou elle a même la capacité d'accomplir, cette personne croit qu'il ou elle ne mérite pas d'obtenir ce qu'il / elle veut. Il est souvent caractérisée par un sens que, «Je suis un faux. Je ne suis pas. Je ne mérite pas d'être heureux ou en bonne santé. Il y a quelque chose essentiellement et fondamentalement mal avec moi en tant que personne et je mérite la douleur et la souffrance que je fais l'expérience ".
 
  
 
Au cœur de l'œuvre de guérison de Jésus était sa capacité à aider élégamment et efficacement les gens pour décaler ces types de croyances limitantes aux croyances impliquant espoir pour l'avenir, un sens de la capacité et de la responsabilité, et un sentiment d'estime de soi et d'appartenance. étrange capacité de Jésus pour être en mesure d'accéder à et de transformer les croyances fondamentales et les questions d'identité dans ses patients et les adeptes peuvent sans doute expliquer au moins en partie les changements dramatiques qu'il a pu effectuer.
 
Au cœur de l'œuvre de guérison de Jésus était sa capacité à aider élégamment et efficacement les gens pour décaler ces types de croyances limitantes aux croyances impliquant espoir pour l'avenir, un sens de la capacité et de la responsabilité, et un sentiment d'estime de soi et d'appartenance. étrange capacité de Jésus pour être en mesure d'accéder à et de transformer les croyances fondamentales et les questions d'identité dans ses patients et les adeptes peuvent sans doute expliquer au moins en partie les changements dramatiques qu'il a pu effectuer.
Ligne 127 : Ligne 141 :
 
Par tous les comptes, Jésus avait la capacité unique d'aider à facilement et systématiquement les gens à changer les croyances limitantes et établir de nouvelles croyances habilitantes. La question centrale dans la modélisation est: «Comment at-il fait?" Un indice est fourni par le type de stratégies qu'il a promues dans ses enseignements et de paraboles.
 
Par tous les comptes, Jésus avait la capacité unique d'aider à facilement et systématiquement les gens à changer les croyances limitantes et établir de nouvelles croyances habilitantes. La question centrale dans la modélisation est: «Comment at-il fait?" Un indice est fourni par le type de stratégies qu'il a promues dans ses enseignements et de paraboles.
  
Le Semeur et la Semence  
+
===Le Semeur et la Semence, un paradigme fondamental pour le changement===
 
 
===Un paradigme fondamental pour le changement===
 
 
la parabole de Jésus du semeur et la semence constitue l'une des idées les plus claires et les plus profonds dans son approche de travail avec les croyances et les systèmes de croyance des gens.
 
la parabole de Jésus du semeur et la semence constitue l'une des idées les plus claires et les plus profonds dans son approche de travail avec les croyances et les systèmes de croyance des gens.
  
Ligne 139 : Ligne 151 :
  
 
La puissance de cette métaphore est que la «guérison» est assimilé à «jardinage». Vous ne pouvez pas faire pousser un arbre. Au contraire, vous pouvez préparer le sol. Le jardinier ne va pas, «Je vais faire cet arbre grandir, peu importe quoi!" Mais ce que le jardinier peut faire est d'enlever les roches, assurez-vous que le sol est fertile et de voir que les épines ne sont pas entourent le semis. Telle est l'essence de la vue de Jésus de changement. Pour une nouvelle croyance de renforcer et de nouvelles capacités et les comportements à développer, il est nécessaire de:
 
La puissance de cette métaphore est que la «guérison» est assimilé à «jardinage». Vous ne pouvez pas faire pousser un arbre. Au contraire, vous pouvez préparer le sol. Le jardinier ne va pas, «Je vais faire cet arbre grandir, peu importe quoi!" Mais ce que le jardinier peut faire est d'enlever les roches, assurez-vous que le sol est fertile et de voir que les épines ne sont pas entourent le semis. Telle est l'essence de la vue de Jésus de changement. Pour une nouvelle croyance de renforcer et de nouvelles capacités et les comportements à développer, il est nécessaire de:
1 Approfondir les expériences qui serviront de références pour la nouvelle croyance ou le comportement.
+
# Approfondir les expériences qui serviront de références pour la nouvelle croyance ou le comportement.
2 Adresse les résistances internes et des interférences à la nouvelle croyance ou le comportement.
+
# Adresse les résistances internes et des interférences à la nouvelle croyance ou le comportement.
3 Traiter toute incohérence ou de conflits au sein de la personne ou de son / son milieu.
+
# Traiter toute incohérence ou de conflits au sein de la personne ou de son / son milieu.
L
+
 
a prochaine étape dans le processus de modélisation est d'explorer plus précisément la façon dont Jésus a accompli ces objectifs dans ses œuvres de guérison.
+
La prochaine étape dans le processus de modélisation est d'explorer plus précisément la façon dont Jésus a accompli ces objectifs dans ses œuvres de guérison.
 +
 
 
===La guérison au travers des mots et du tactile===
 
===La guérison au travers des mots et du tactile===
 
Est-il possible de modéliser effectivement des processus spécifiques à travers lesquels Jésus était capable de transformer les obstacles à l'autonomisation des croyances et précipiter des miracles de guérison? Selon les Evangiles, Jésus approche primaire de la guérison impliquait l'utilisation systématique de la langue et de la «imposition des mains».
 
Est-il possible de modéliser effectivement des processus spécifiques à travers lesquels Jésus était capable de transformer les obstacles à l'autonomisation des croyances et précipiter des miracles de guérison? Selon les Evangiles, Jésus approche primaire de la guérison impliquait l'utilisation systématique de la langue et de la «imposition des mains».
 +
 
"... On lui apporta beaucoup qui étaient possédés des démons vers et il chassa les esprits par sa parole ..." Matthieu 814
 
"... On lui apporta beaucoup qui étaient possédés des démons vers et il chassa les esprits par sa parole ..." Matthieu 814
 +
 
«... Tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses maladies les lui amenèrent. Il imposa les mains à chacun d'eux, et les guérit" Luke 440
 
«... Tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses maladies les lui amenèrent. Il imposa les mains à chacun d'eux, et les guérit" Luke 440
  
Ligne 152 : Ligne 167 :
  
 
Comme beaucoup, je grandi avec seulement une vague idée de ce que Jésus a fait spécifiquement comme un guérisseur. J'ai eu une image de lui marcher jusqu'à les aveugles, les estropiés ou les malades mentaux et 'zappant' eux avec un pouvoir surnaturel, les commandes aboyant et en les haranguant sur le péché ou Satan comme un «télévangéliste» prototypique. Comme je l'ai lu les différents comptes de son travail de guérison, cependant, je trouve tout à fait autre chose. Il a traité les différents individus de différentes manières. Il est décrit comme interagir personnellement avec chaque individu, il a été la guérison, souvent d'une manière douce, de soutien et même affectueux; adressant ses patients comme «fils» ou «fille» Ð jamais comme «pécheur».
 
Comme beaucoup, je grandi avec seulement une vague idée de ce que Jésus a fait spécifiquement comme un guérisseur. J'ai eu une image de lui marcher jusqu'à les aveugles, les estropiés ou les malades mentaux et 'zappant' eux avec un pouvoir surnaturel, les commandes aboyant et en les haranguant sur le péché ou Satan comme un «télévangéliste» prototypique. Comme je l'ai lu les différents comptes de son travail de guérison, cependant, je trouve tout à fait autre chose. Il a traité les différents individus de différentes manières. Il est décrit comme interagir personnellement avec chaque individu, il a été la guérison, souvent d'une manière douce, de soutien et même affectueux; adressant ses patients comme «fils» ou «fille» Ð jamais comme «pécheur».
 +
 
Il a également traité les différents types de maladies avec des approches différentes. Dans toutes les descriptions de son travail avec les lépreux, par exemple, Jésus leur dit directement qu'ils sont guéris et les envoie pour accomplir une tâche au temple (voir Matthieu 82-4 et Luc 713-19). Les aveugles, cependant, sont envoyés sur une telle tâche. Au lieu de cela, Jésus insiste sur l'importance de leurs propres croyances dans leur guérison, demandant «Croyez-vous que je peux le faire?" et proclamant, "selon votre foi que ce soit à vous» (Matthieu 927-31). Il est seulement avec la lame que Jésus mentionne même «péché», dit un homme que ses «péchés sont pardonnés» (Matthieu 92) et en encourageant une autre à «ne pèche plus, de peur que quelque chose de pire viens à toi» (Jean 514).
 
Il a également traité les différents types de maladies avec des approches différentes. Dans toutes les descriptions de son travail avec les lépreux, par exemple, Jésus leur dit directement qu'ils sont guéris et les envoie pour accomplir une tâche au temple (voir Matthieu 82-4 et Luc 713-19). Les aveugles, cependant, sont envoyés sur une telle tâche. Au lieu de cela, Jésus insiste sur l'importance de leurs propres croyances dans leur guérison, demandant «Croyez-vous que je peux le faire?" et proclamant, "selon votre foi que ce soit à vous» (Matthieu 927-31). Il est seulement avec la lame que Jésus mentionne même «péché», dit un homme que ses «péchés sont pardonnés» (Matthieu 92) et en encourageant une autre à «ne pèche plus, de peur que quelque chose de pire viens à toi» (Jean 514).
  
Ligne 160 : Ligne 176 :
  
 
Le fait qu'il a conduit l'homme hors de la ville et lui a dit de ne pas aller dans la ville, ni parler à personne dans la ville de l'expérience, indiquerait que Jésus ne faisait pas ce travail comme tout «signe» particulière aux gens là-bas. Plutôt l'accent Jésus est sur la santé de cette personne. De toute évidence, Jésus ne fait aucune mention des péchés ou esprits impurs comme il le fait dans certaines de ses œuvres. Le fait est, Jésus a été décrit comme faisant des choses très précises avec son sujet qui était différent de la façon dont il traitait les autres, et a pris deux itérations pour le compléter.
 
Le fait qu'il a conduit l'homme hors de la ville et lui a dit de ne pas aller dans la ville, ni parler à personne dans la ville de l'expérience, indiquerait que Jésus ne faisait pas ce travail comme tout «signe» particulière aux gens là-bas. Plutôt l'accent Jésus est sur la santé de cette personne. De toute évidence, Jésus ne fait aucune mention des péchés ou esprits impurs comme il le fait dans certaines de ses œuvres. Le fait est, Jésus a été décrit comme faisant des choses très précises avec son sujet qui était différent de la façon dont il traitait les autres, et a pris deux itérations pour le compléter.
 +
 
Un autre de la guérison de Jésus travaille qui a particulièrement fasciné moi était le récit de son traitement de Simon mère-frère de la fièvre. Luke (439) rapporte que, «il se tenait sur elle, il menaça la fièvre, et il a quitté son" Matthew (815), cependant, mentionne qu ' «il toucha la main" et Mark (131) dit que Jésus "prit par la main, et la fit lever. " Ces Description sont intéressants en ce que, pris ensemble, ils indiquent que même si Jésus a été "réprimandait« la fièvre verbalement, il soutenait la femme kinesthésique. En d'autres termes, sa communication auditive et kinesthésique sa communication ont été dirigés vers deux niveaux différents, et en effectuant deux fonctions différentes. Ses paroles ont été dirigés vers le symptôme et sa touche a été dirigée vers la personne.
 
Un autre de la guérison de Jésus travaille qui a particulièrement fasciné moi était le récit de son traitement de Simon mère-frère de la fièvre. Luke (439) rapporte que, «il se tenait sur elle, il menaça la fièvre, et il a quitté son" Matthew (815), cependant, mentionne qu ' «il toucha la main" et Mark (131) dit que Jésus "prit par la main, et la fit lever. " Ces Description sont intéressants en ce que, pris ensemble, ils indiquent que même si Jésus a été "réprimandait« la fièvre verbalement, il soutenait la femme kinesthésique. En d'autres termes, sa communication auditive et kinesthésique sa communication ont été dirigés vers deux niveaux différents, et en effectuant deux fonctions différentes. Ses paroles ont été dirigés vers le symptôme et sa touche a été dirigée vers la personne.
  
 
Du point de vue PNL, nous pouvons penser à l'interaction en termes d'un «message» verbale et un 'metamessage' non-verbale. Le message comprend la «réprimande de la fièvre». Il est dirigé à l'expression comportementale du symptôme. Le toucher de la main est un metamessage non verbal qui communique, «Je vous soutenir." Jésus prit la main et la souleva alors réprimandant la fièvre. Ainsi, il n'y a pas de confusion qu'il est "réprimandait" le patient pour avoir de la fièvre. Je pense qu'il ya quelque chose de très profond et puissant sur cette simple combinaison de mot et le toucher.
 
Du point de vue PNL, nous pouvons penser à l'interaction en termes d'un «message» verbale et un 'metamessage' non-verbale. Le message comprend la «réprimande de la fièvre». Il est dirigé à l'expression comportementale du symptôme. Le toucher de la main est un metamessage non verbal qui communique, «Je vous soutenir." Jésus prit la main et la souleva alors réprimandant la fièvre. Ainsi, il n'y a pas de confusion qu'il est "réprimandait" le patient pour avoir de la fièvre. Je pense qu'il ya quelque chose de très profond et puissant sur cette simple combinaison de mot et le toucher.
 +
 
Il est également intéressant de noter que le mot «réprimande» en anglais a été traduit du mot grec, epitimao qui ne signifie pas simplement d'être violent verbalement. Cela signifie 'pour définir un poids sur'. L'implication est que Jésus n'a pas été nécessairement parler avec colère, mais plutôt «faire pression» sur le symptôme. Nous sommes donc donné ce beau sentiment de faire pression sur la fièvre verbalement et en soulevant la personne physique. Il enlève les «pierres» et les «épines» tout en même temps, il soutient le «sol» en soulevant et en soutenant la personne. Je pense que cela reflète un aspect profond de la guérison. Ce type de combinaison verbale et non verbale a été l'inspiration pour un certain nombre de techniques dans le séminaire «Motifs de guérison».
 
Il est également intéressant de noter que le mot «réprimande» en anglais a été traduit du mot grec, epitimao qui ne signifie pas simplement d'être violent verbalement. Cela signifie 'pour définir un poids sur'. L'implication est que Jésus n'a pas été nécessairement parler avec colère, mais plutôt «faire pression» sur le symptôme. Nous sommes donc donné ce beau sentiment de faire pression sur la fièvre verbalement et en soulevant la personne physique. Il enlève les «pierres» et les «épines» tout en même temps, il soutient le «sol» en soulevant et en soutenant la personne. Je pense que cela reflète un aspect profond de la guérison. Ce type de combinaison verbale et non verbale a été l'inspiration pour un certain nombre de techniques dans le séminaire «Motifs de guérison».
  
 
Ce ne sont que deux des nombreux exemples fascinants des œuvres de guérison de Jésus. Malheureusement, pour aller en profondeur avec toutes les autres est au-delà de la portée de cet article.
 
Ce ne sont que deux des nombreux exemples fascinants des œuvres de guérison de Jésus. Malheureusement, pour aller en profondeur avec toutes les autres est au-delà de la portée de cet article.
 +
 
===La Mission to Heal===
 
===La Mission to Heal===
  
Ligne 171 : Ligne 190 :
  
 
Une des choses qui apparaît très clairement dans les évangiles est que Jésus n'a pas essayé de garder la mission ou la capacité de «guérir» à lui-même. Matthew (101) rapports, "Et quand il avait appelé à lui ses douze disciples, il leur donna le pouvoir contre les esprits impurs, de les chasser, et guérir toutes sortes de maladies et toutes sortes de maladies." En fait, l'une des premières tâches qu'il était à ses disciples de sortir et de "Guérissez les malades, purifiez les lépreux, ressuscitez les morts, chassez les démons Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement." (Matthieu 108) 'avez Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ». Ce n'est pas un message que la guérison est quelque chose qui doit se tenir à et pratiqué que par une petite élite. Au contraire, il implique que la guérison est une mission à partager.
 
Une des choses qui apparaît très clairement dans les évangiles est que Jésus n'a pas essayé de garder la mission ou la capacité de «guérir» à lui-même. Matthew (101) rapports, "Et quand il avait appelé à lui ses douze disciples, il leur donna le pouvoir contre les esprits impurs, de les chasser, et guérir toutes sortes de maladies et toutes sortes de maladies." En fait, l'une des premières tâches qu'il était à ses disciples de sortir et de "Guérissez les malades, purifiez les lépreux, ressuscitez les morts, chassez les démons Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement." (Matthieu 108) 'avez Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ». Ce n'est pas un message que la guérison est quelque chose qui doit se tenir à et pratiqué que par une petite élite. Au contraire, il implique que la guérison est une mission à partager.
 +
 
Selon Mark (314-15) "Et il en établit douze, ils devraient être avec lui, et qu'il pourrait les envoyer prêcher, et d'avoir le pouvoir de guérir les maladies et de chasser les démons." Luke (101) ajoute que, plus tard dans son ministère, Jésus "nommé un autre de soixante-dix, et il les envoya deux à deux devant lui dans toutes les villes et le lieu", en leur disant de «guérir les malades qui s'y ... "
 
Selon Mark (314-15) "Et il en établit douze, ils devraient être avec lui, et qu'il pourrait les envoyer prêcher, et d'avoir le pouvoir de guérir les maladies et de chasser les démons." Luke (101) ajoute que, plus tard dans son ministère, Jésus "nommé un autre de soixante-dix, et il les envoya deux à deux devant lui dans toutes les villes et le lieu", en leur disant de «guérir les malades qui s'y ... "
  
Ligne 178 : Ligne 198 :
  
 
Il est dans l'esprit de la mission de guérir que je l'ai abordé l'étude de la structure des œuvres de guérison de Jésus et inviter d'autres à approcher. Indépendamment de fond ou les croyances religieuses de l'un, je crois qu'il est possible de trouver un lien entre ces modèles et la mission de guérir. Si une personne est «Mère Teresa» ou un chaman, les gens qui ont une mission de guérir, ou pour être guéri, partager un chemin semblable et ont quelque chose à gagner à une telle étude.
 
Il est dans l'esprit de la mission de guérir que je l'ai abordé l'étude de la structure des œuvres de guérison de Jésus et inviter d'autres à approcher. Indépendamment de fond ou les croyances religieuses de l'un, je crois qu'il est possible de trouver un lien entre ces modèles et la mission de guérir. Si une personne est «Mère Teresa» ou un chaman, les gens qui ont une mission de guérir, ou pour être guéri, partager un chemin semblable et ont quelque chose à gagner à une telle étude.
 
Voir aussi le modèle PNL du mois ou les Archives si vous êtes intéressé à vérifier la PNL plus en profondeur.
 
 
Vous pouvez également visiter le Anchor Point page. Anchor Point est le journal pratique de la PNL.
 
 
Pour plus d'informations sur les produits et services de Robert Dilts, s'il vous plaît voir Séminaires à venir ou produit Page de Robert ou retourner à la page d'accueil. Si vous avez des problèmes ou des commentaires concernant notre service WWW, s'il vous plaît envoyez un e-mail à l'adresse suivante: michaelp@bowsprit.com.
 
Cette page, et tout le contenu sont Copyright © 1996 par Robert Dilts., Santa Cruz, CA.
 
  
 
[[Catégorie:Pages]]
 
[[Catégorie:Pages]]

Version actuelle datée du 23 mai 2020 à 13:49

Attention.png Cette page est une copie de sauvegarde d'un article particulièrement intéressant de PNL. L'objectif étant qu'il ne disparaisse pas et reste accessible malgré le temps. Le texte de cet article est la propriété de son auteur et ne peut être utilisé sans son accord et sous certaines conditions.

by Robert Dilts. Le contenu de cette pageest sous Copyright © 1996 par Robert Dilts., Santa Cruz, CA. Essai de traduction en bas de l'article.

Introduction[modifier]

The words, ideas and actions of Jesus of Nazareth have been a major influence on Western civilization for almost two thousand years now. Through the ages, Jesus has been viewed as many different things by many different people a teacher, a miracle worker, a charismatic healer, a magician, a political and religious leader, the son of God, a metaphor, etc. Having been raised Catholic (and attended Catholic schools through secondary school) I was continually exposed to the gospels and the stories of Jesus' deeds. I have often contemplated the relevance of the stories of Jesus' works for NLP and vice versa.

It is well known that the field of NLP was established as a result of modeling effective 'healers'. NLP began when Richard Bandler and John Grinder modeled patterns of language and behavior from the works of Fritz Perls, Virginia Satir and Milton H. Erickson, M.D. The first 'techniques' of NLP were derived from key verbal and non-verbal patterns Grinder and Bandler observed in the behavior of these exceptional therapists. Bandler and Grinder's first book was titled The Structure of Magic. The implication of this title was that what seemed magical and unexplainable often had a deeper structure that, when illuminated, could be understood, communicated and put into practice by people other than the few exceptional 'wizards' who had initially performed the 'magic'.

A number of years ago it occurred to me that perhaps a similar kind of modeling could be done with respect to the records of Jesus' teachings and works of healing. My first study, Cognitive Patterns of Jesus of Nazareth, explored the structure of the cognitive strategies employed by Jesus in his various works and teachings and how we might apply Jesus' strategic thinking abilities to our own lives. A forthcoming work, Epistemology of Jesus of Nazareth, will explore the beliefs, values and assumptions that lie behind the words and works of Jesus as viewed from the perspective of NLP and systems theory. For the past several years I have been examining the reports of Jesus' acts of healing through the filters of Neuro-Linguistic Programming, culminating in my seminars and video tapes on The Healing Patterns of Jesus.

Since a great deal of my own work in the field of NLP has related to its numerous applications in the area of health and healing, I have long been intrigued by the accounts of Jesus' works of healing. In many ways Jesus' healing works seem as remarkable to us today as they did during his own time. Jesus' exceptional abilities to heal are mentioned in the gospels more than 35 times - many of the references describing how he healed "multitudes" of people "that were taken with divers diseases and torments, and those which were possessed with devils, and those which were lunatik, and those that had the palsy," (Matthew 424), including the "lame, blind, dumb and maimed" (Matthew 1530). Thus, it is somewhat surprising to find that very few efforts had been made to examine Jesus' works of healing from the point of view of what they might contribute to practically promote the process of healing. As Ian Wilson points out in his book Jesus The Evidence (1985)

"If there is one feature of his activities that repeatedly shines out from the gospels, it is [Jesus'] capacity to work what men have called 'miracles'...in the sheer magnitude of his reported successes Jesus was without equal...Yet paradoxically, it has been one of the least explored." (pp. 99-100)

I believe that the tools and distinctions of NLP can help to cast new light on this fascinating area.

There's an interesting Far Side cartoon depicting a professor, who looks somewhat like Albert Einstein, madly writing a very complex series of mathematical equations on a blackboard. At a certain point in the midst of all of this very scientific looking scribbling, he stops and writes, "And then a miracle happens." And then madly goes on again with his equations. One of his colleagues is standing nearby pointing at the comment about the miracle and asking, "Could you be a bit more specific about that part there?" In a way, that is a metaphor for my study of Jesus' healing patterns. A lot has been written and said about the 'equations' surrounding the miracles. Is it possible to be a little bit more specific about the part where the miracle happens? I think that, in considering Jesus' works of healing, there will always be a point where we must simply say, "And then a miracle happens." The question is, "Is it possible, by modeling the descriptions of Jesus' healing works, to discover verbal and behavioral patterns which create a context in which it is more likely that a 'miracle' will happen?"

The Power of Belief[modifier]

In the New Testament two words are used in reference to healing 1) iaomai - which means to heal in the sense of 'curing' or 'repairing', and 2) therapeuo which means 'to attend to someone'. When Jesus referred to healing, he used the word 'therapeuo'. The implication being that he viewed healing as supporting and encouraging the natural self healing ability of the system as opposed to exerting power over it himself to 'repair' it. Jesus was able to tap into and encourage the healing process in a way that was both effective and systematic. One of the ways he did this was through the person's belief system.

Certainly, a clear pattern that emerges in the accounts of Jesus' healing works is that a great deal of his words and actions were directed toward influencing people's beliefs and belief systems. As the following statements indicate, Jesus placed a great deal of emphasis on the power of belief. • Be not afraid, only believe. Mark 536 • If thou canst believe, all things are possible to him that believeth. Mark 924 • For verily I say unto you, That whosoever shall say unto this mountain, Be thou removed, and be thou cast into the sea; and shall not doubt in his heart, but shall believe that those things which he saith shall come to pass; he shall have whatsoever he saith. Therefore I say unto you, What things soever ye desire, when ye pray, believe that ye receive them, and ye shall have them. Mark 1123-24 • According to your faith be it unto you. Matthew 929

These quotations certainly imply that belief is one of the key factors in helping a miracle to happen. As Goethe maintained, "The miracle is faith's most cherished child." Even modern medical science acknowledges the healing influence of beliefs in the form of the 'placebo effect'. My own work in the applications of NLP in psychotherapy and healing have certainly highlighted for me personally the significance of people's beliefs upon their mental and physical health. [See Changing Belief Systems with NLP (Dilts, 1990) and Beliefs Pathways to Health and Well Being (Dilts, Hallbom & Smith, 1990).] I have seen some fairly 'miraculous' things happen when people have changed limiting beliefs regarding themselves and their health; including recovery from cancer and other tumors, arthritis, allergies, lupus, eyesight problems, mental illnesses of many types and even symptoms of AIDS.

The three most common areas of limiting beliefs center around issues of hopelessness, helplessness and worthlessness. These three areas of belief can exert a great deal of influence with respect to a person's mental and physical health.

Hopelessness occurs when someone does not believe a particular desired goal is even possible. It is characterized by a sense that, "No matter what I do it won't make a difference. What I want is not possible to get. It's out of my control. I'm a victim."

Helplessness occurs when, even though he or she believes that the outcome exists and is possible to achieve, a person does not believe that he or she is capable of attaining it. It produces a sense that, "It's possible for others to achieve this goal but not for me. I'm not good enough or capable enough to accomplish it."

Worthlessness occurs when, even though a person may believe that the desired goal is possible and that he or she even has the capability to accomplish it, that individual believes that he or she doesn't deserve to get what he/she wants. It is often characterized by a sense that, "I am a fake. I don't belong. I don't deserve to be happy or healthy. There is something basically and fundamentally wrong with me as a person and I deserve the pain and suffering that I am experiencing."

At the core of Jesus' works of healing was his ability to elegantly and effectively help people to shift these types of limiting beliefs to beliefs involving hope for the future, a sense of capability and responsibility, and a sense of self-worth and belonging. Jesus' uncanny ability to be able to gain access to and transform core beliefs and identity issues in his patients and followers can no doubt at least partially account for the dramatic changes he was able to effect.

By all accounts, Jesus had the unique ability to easily and consistently help people to change limiting beliefs and establish new empowering beliefs. The core question in modeling is, "How did he do it?" One clue is provided by the type of strategies he promoted in his teachings and parables.

The Sower and the Seed A Fundamental Paradigm for Change[modifier]

Jesus' parable of the sower and the seed provides one of the clearest and deepest insights into his approach to working with people's beliefs and belief systems.

And he taught them many things by parables, and said unto them in his doctrine, Hearken; Behold. There went out a sower to sow, and it came to pass, as he sowed, some fell by the wayside, and the fowls of the air came and devoured them up. And some fell on stony ground, where it had not much earth, and immediately it sprang up because it had no depth of earth, but when the sun was up, it was scorched, and because it had no root, it withered away. And some fell among thorns, and the thorns grew up and choked it and it yielded no fruit. And others fell on good ground and it did yield fruit that sprang up and increased and brought forth, some thirty, some sixty, and some one hundred. And he said unto them, Ye that have ears, let them hear. Mark 42-9

I believe that the parable of the sower and the seed embodies Jesus' fundamental paradigm for change Ð regardless of whether that change related to healing, teaching or leadership. As Jesus later explained to his disciples, the 'seed' is like a new idea or belief. For the belief to grow and produce fruit, it must first be placed in the appropriate context. If there aren't some kind of internal reference experiences for the new belief to 'take root' in, it will disappear in the face of any criticism. The 'bird' plucks it right out of the heart. If there's no experiential 'soil' for it to grow in, all somebody has to do is to look at you cross-eyed, and you think, "Oh, well, I guess I'm being stupid and foolish, etc." So if the new belief "falls by the wayside," if it's just shallow and you're running around speaking it but not feeling it, hearing it, seeing it or tasting it, then it's easy for it to be "trodden down" or "devoured". When a new belief "falls on stony ground" it is blocked, as Jesus explained, by the "hard places in the heart." These 'stones' may relate to past experiences, things that you're not ready to let go of. In my work with beliefs and health, for instance, people often need to work through 'imprints' Ð experiences in their past that might create a "hard place." The roots of the new belief can't grow because the person can't get past this particular feeling or this particular event in their life. When this occurs, even though the belief begins to strengthen, it "withers" in the face of resistance. When 'the sun is up' it becomes "scorched" and, since it has no root, it "withers away, because it lacks moisture." Thus, it is important to find ways of either removing the rocks or crumbling them up into more fertile soil. For example, finding the 'positive intention' behind a symptom and finding new choices to meet that intention is a way of releasing some of those hard places.

A belief that 'falls among the thorns' is one that is confronted by conflicting beliefs, incongruency or 'thought viruses'. These resistances may come from either external or internal sources Ð from within the person or from the person's environment. Conflicting or limiting beliefs are kind of like the thorns that overshadow or 'choke' the new belief, even if there is rich soil in which it could grow. It is not that the 'thorns' have to be poisoned or destroyed, but they do need to be resolved or sorted out. You need to create an ecological context; otherwise the new belief gets choked.

The power of this metaphor is that 'healing' is likened to 'gardening'. You can't make a tree grow. Rather, you can prepare the soil. The gardener doesn't go, "I'm going to make this tree grow, no matter what!" But what the gardener can do is to remove the rocks, make sure the soil is fertile and see that thorns aren't surrounding the seedling. That is the essence of Jesus' view of change. In order for a new belief to strengthen and for new capabilities and behaviors to develop it is necessary to:

  1. Deepen the experiences which will serve as the references for the new belief or behavior.
  2. Address the internal resistances and interferences to the new belief or behavior.
  3. Deal with any incongruence or conflicts within the person or his/her environment.

The next step in the modeling process is to explore more specifically how Jesus accomplished these goals in his healing works.

Healing Through Word and Touch[modifier]

Is it possible to actually model specific processes through which Jesus was able to transform the obstacles to empowering beliefs and precipitate healing miracles? According to the Gospels, Jesus' primary approach to healing involved the systematic use of language and the 'laying on of hands'. "...they brought unto him many that were possessed with devils and he cast out the spirits with his word..." Matthew 814 "...all they that had any sick with divers diseases brought them unto him; and he laid his hands on every one of them, and healed them." Luke 440

These descriptions would seem to imply that Jesus tended to use words to address problems related to the mind, and his hands to treat physical illness. NLP too has many therapeutic techniques that are centered on the use of words and touch. It is intriguing to consider what similarities and differences there are between Jesus' healing work and the NLP approach. Like many, I grew up with only a vague picture of what Jesus did specifically as a healer. I had an image of him walking up to the blind, the crippled or the mentally ill and 'zapping' them with supernatural power, barking commands and haranguing them about sin or Satan like some prototypic 'televangelist'. As I read the various accounts of his healing work, however, I found something quite different. He treated different individuals in different ways. He is described as interacting personally with each individual he was healing, often in a gentle, supportive and even loving manner; addressing his patients as "son" or "daughter" Ð never as "sinner".

He also treated different kinds of illnesses with different approaches. In all of the descriptions of his work with lepers, for instance, Jesus tells them directly that they are healed and sends them to complete a task at the temple (see Matthew 82-4 and Luke 713-19). The blind, however, are sent on no such task. Instead, Jesus emphasizes the importance of their own beliefs in their healing, asking "Do you believe I can do this?" and proclaiming, "According to your faith be it unto you" (Matthew 927-31). It is only with the lame that Jesus even mentions "sin," telling one man that his "sins are forgiven" (Matthew 92) and encouraging another to "sin no more, lest a worse thing come unto thee" (John 514).

These types of variations indicate a high degree of sophistication and flexibility based on the type of issue one is working with. Consider, for example, the following description of Jesus' healing of a blind man. "And he cometh to Bethsaida; and they bring a blind man unto him, and besought him to touch him. And he took the blind man by the hand, and led him out of the town; and when he had spit on his eyes, and put his hands upon him, he asked him if he saw ought. And he looked up, and said, I see men as trees, walking. After that he put his hands again upon his eyes, and made him look up and he was restored, and saw every man clearly. And he sent him away to his house, saying, Neither go into the town, nor tell it to any in the town." Mark 822-26

There are a number interesting elements to this report. The first is that Jesus did not immediately heal the man but made two attempts in order to successfully complete the process, using the feedback he got from his first attempt. He did not perceive the initial lack of success as a failure on his part, the part of his subject or on the part of God. It is also interesting that that Jesus made the man "look up". This is considered an 'accessing cue' for the visual representational system in NLP. Considering that the man had problems with his vision and that, at the point Jesus had him look up, he had partial access to his vision, this may be an indication that Jesus knew about (at least intuitively) and used accessing cues.

The fact that he led the man out of the town and told him not to go into the town nor tell anyone in the town about the experience, would indicate that Jesus was not doing this work as any particular 'sign' to the people there. Rather Jesus' focus is on the health of that individual. Clearly, Jesus makes no mention of sins or unclean spirits as he does in some of his works. The fact is, Jesus was described as doing some very specific things with his subject that were different from the way he treated others, and took two iterations to complete it.

Another of Jesus' healing works that particularly fascinated me was the account of his treatment of Simon's mother-in-law's fever. Luke (439) reports that, "he stood over her, and rebuked the fever; and it left her" Matthew (815), however, mentions that "he touched her hand" and Mark (131) says that Jesus "took her by the hand, and lifted her up." These description are interesting in that, taken together, they indicate that even though Jesus was "rebuking" the fever verbally, he was supporting the woman kinesthetically. In other words, his auditory communication and his kinesthetic communication were directed towards two different levels, and performing two different functions. His words were directed toward the symptom and his touch was directed toward the person.

From the NLP perspective, we can think about the interaction in terms of a verbal 'message' and a non-verbal 'metamessage'. The message involves the "rebuking of the fever". It is directed at the behavioral expression of the symptom. The touch of the hand is a nonverbal metamessage that communicates, "I'm supporting you." Jesus took her hand and lifted her up while rebuking the fever. Thus, there's no confusion that he is "rebuking" the patient for having a fever. I think there's something very profound and powerful about that simple combination of word and touch.

It is also interesting that the word "rebuke," in English was translated from the Greek word, epitimao which doesn't simply mean to be verbally abusive. It means 'to set a weight upon'. The implication is that Jesus was not necessarily speaking angrily, but rather 'putting pressure' on the symptom. So we are given this beautiful sense of putting pressure on the fever verbally and lifting up the person physically. He is removing the 'stones' and 'thorns' while at the same time he is supporting the 'soil' by lifting and supporting the person. I think that reflects a deep aspect of healing. This type of verbal and non-verbal combination has been the inspiration for a number of the techniques in the 'Healing Patterns' seminar.

These are only two of the many fascinating examples of Jesus' healing works. Unfortunately, to go into depth with any others is beyond the scope of this article.

The Mission to Heal[modifier]

More than anything else, what shines through the reports of Jesus' works of healing was that there was a 'mission to heal' behind his actions. I think that in many ways having the mission to heal is even more important than having the tools to heal. I think 'healing', as opposed to 'curing' or 'fixing' or 'mending' something that's broken, comes out of that sense of mission.

One of the things that shows up quite clearly in the gospels is that Jesus didn't try keep the mission or ability to "heal" to himself. Matthew (101) reports, "And when he had called unto him his twelve disciples, he gave them power against unclean spirits, to cast them out, and to heal all manner of sickness and all manner of disease." In fact, one of the first tasks he assigned to his disciples was to go out and "Heal the sick, cleanse the lepers, raise the dead, cast out devils freely ye have received, freely give." (Matthew 108) 'Freely have you received, freely give'. This is not a message that healing is something to be held on to and practiced only by an elite few. Rather it implies that healing is a mission to be shared.

According to Mark (314-15) "And he ordained twelve, that they should be with him, and that he might send them forth to preach, And to have power to heal sicknesses, and to cast out devils." Luke (101) adds that, later on in his ministry, Jesus "appointed another seventy also, and sent them two and two before his face to every city and place", telling them to, "heal the sick that are therein..."

We are also told that Jesus did not discourage the practice of healing in his name being done by people that were not even his followers (Mark 938-40, Luke 949-50). When Jesus is told that somebody who was not one of his disciples was out healing in his name, and asked if he was going to chastise this person Jesus replies, "he that is not against us is with us." (Luke 950). It is as if he was saying that anybody who shares the mission to heal shares something that is really important and deep.

My interpretation of Jesus' comments and actions is that the ability to heal was not just something that Jesus intended to keep for himself, but rather was something that he intended others to learn and to do. Not only did Jesus want and encourage others to heal, he seems to have been fairly successful at transferring the ability. Mark (613) mentions that Jesus' disciples, "cast out many devils, and anointed with oil many that were sick, and healed them."

It is in the spirit of the mission to heal that I have approached the study of the structure of Jesus' healing works and invite others to approach it. Regardless of one's religious background or beliefs, I believe it is possible to find a connection between these patterns and the mission to heal. Whether a person is 'Mother Teresa' or a shaman, people who have a mission to heal, or to be healed, share a similar path and have something to gain from such a study.

Also see the NLP Pattern of the Month or the Archives if you are interested in checking out NLP in more depth.

You also may want to visit the Anchor Point Page. Anchor Point is the practical journal of NLP.

For information on Robert Dilts’ products and services, please see Upcoming Seminars or Robert’s Product Page or return to Home Page. If you have problems or comments concerning our WWW service, please send e-mail to the following address: michaelp@bowsprit.com. This page, and all contents, are Copyright © 1996 by Robert Dilts., Santa Cruz, CA.

Essai de traduction[modifier]

Modélisation de la Sagesse de Jésus

Les mots, les idées et les actions de Jésus de Nazareth ont été une influence majeure sur la civilisation occidentale depuis près de deux mille ans. A travers les âges, Jésus a été considéré comme beaucoup de choses différentes par de nombreuses personnes différentes d'un enseignant, un travailleur de miracle, un guérisseur charismatique, un magicien, un chef politique et religieux, le fils de Dieu, une métaphore, etc. Ayant été élevé catholique (et fréquenté des écoles catholiques à travers l'école secondaire), je suis constamment exposé aux évangiles et les histoires des actes de Jésus. Je l'ai souvent envisagé la pertinence des histoires des œuvres de Jésus pour la PNL et vice versa.

Il est bien connu que le domaine de la PNL a été créé à la suite de modélisation «guérisseurs» efficaces. PNL a commencé quand Richard Bandler et John Grinder modélisées modèles de langage et de comportement des œuvres de Fritz Perls, Virginia Satir et Milton H. Erickson, MD Les premiers «techniques» de la PNL ont été tirées de clé modèles verbaux et non verbaux Grinder et Bandler observée dans le comportement de ces thérapeutes exceptionnels. Bandler et le premier livre de Grinder a été intitulé The Structure of Magic. L'implication de ce titre était que ce qui semblait magique et inexplicable souvent eu une structure plus profonde qui, lorsqu'il est éclairé, pourrait être compris, communiqué et mis en pratique par des personnes autres que les quelques exceptionnels 'sorciers' qui avait d'abord été le rendement du «magique».

Un certain nombre d'années, il me vint que peut-être le même genre de modélisation pourrait être fait en ce qui concerne les dossiers de l'enseignement de Jésus et travaille de la guérison. Ma première étude, schémas cognitifs de Jésus de Nazareth, a exploré la structure des stratégies cognitives employées par Jésus dans ses divers ouvrages et enseignements et comment nous pourrions appliquer stratégiques pensée capacités de Jésus à nos propres vies. Un travail à venir, Epistémologie de Jésus de Nazareth, va explorer les croyances, les valeurs et les hypothèses qui se cachent derrière les mots et les œuvres de Jésus comme vu du point de vue de la théorie de la PNL et les systèmes. Depuis plusieurs années, j'ai examiné les rapports des actes de guérison de Jésus à travers les filtres de Programmation Neuro-Linguistique, culminant dans mes séminaires et bandes vidéo sur les modèles de guérison de Jésus.

Comme une grande partie de mon propre travail dans le domaine de la PNL a lié à ses nombreuses applications dans le domaine de la santé et la guérison, j'ai longtemps été intrigué par les comptes des œuvres de Jésus de guérison. À bien des égards les œuvres de guérison de Jésus semblent aussi remarquable pour nous aujourd'hui comme ils le faisaient au cours de son propre temps. capacités exceptionnelles de Jésus de guérir sont mentionnés dans les évangiles plus de 35 fois - un grand nombre de références décrivant la façon dont il a guéri "multitudes" de personnes "qui ont été prises avec diverses maladies et les tourments, et ceux qui étaient possédés de démons, et ceux qui étaient lunatik, et ceux qui ont eu la paralysie »(Matthieu 424), y compris le" boiteux, des aveugles, des muets et mutilé »(Matthieu 1530). Ainsi, il est quelque peu surprenant de constater que très peu d'efforts ont été faits pour examiner les œuvres de Jésus de guérison du point de vue de ce qu'ils pourraient contribuer à promouvoir pratiquement le processus de guérison. Comme Ian Wilson souligne dans son livre Jésus La preuve (1985)

"S'il y a une caractéristique de ses activités qui brille à plusieurs reprises des évangiles, il est [Jésus] capacité de travail que les hommes ont appelé« miracles »... dans l'ampleur de ses succès rapportés Jésus était sans égal .. .Yet paradoxalement, il a été l'un des moins explorés ". (Pp. 99-100)

Je crois que les outils et les distinctions de la PNL peut aider à jeter un nouvel éclairage sur ce domaine fascinant. Il y a un dessin animé Far Side intéressant représentant un professeur, qui ressemble un peu à Albert Einstein, écrit follement une série très complexe d'équations mathématiques sur un tableau noir. À un certain moment, au milieu de tout cela gribouillage d'apparence très scientifique, il arrête et écrit: «Et puis, un miracle se produit." Et puis va follement à nouveau avec ses équations. Un de ses collègues est debout à proximité pointant le commentaire sur le miracle et demander: «Pourriez-vous être un peu plus précis sur cette partie là-bas?" D'une certaine manière, qui est une métaphore de mon étude des modèles de guérison de Jésus. Beaucoup a été dit et écrit sur les «équations» entourant les miracles. Est-il possible d'être un peu plus précis sur la partie où le miracle se produit? Je pense que, en considérant les œuvres de Jésus de guérison, il y aura toujours un point où nous devons simplement dire: «Et puis un miracle arrive." La question est: «Est-il possible, en modélisant les descriptions de Jésus la guérison œuvres, à découvrir des modèles verbaux et comportementaux qui créent un contexte dans lequel il est plus probable qu'un« miracle »qui va se passer?"

Le pouvoir de la croyance[modifier]

Dans le Nouveau Testament deux mots sont utilisés en référence à la guérison 1) iaomai - ce qui signifie que pour guérir dans le sens de «durcissement» ou «réparation», et 2) therapeuo qui signifie «pour assister à quelqu'un». Lorsque Jésus a fait référence à la guérison, il a utilisé le mot «therapeuo». L'implication étant qu'il considérait la guérison en soutenant et en encourageant la capacité naturelle de guérison de soi du système par opposition à exercer un pouvoir sur lui-même pour «réparer» ce. Jésus a pu puiser dans et d'encourager le processus de guérison d'une manière qui était à la fois efficace et systématique. L'un des moyens qu'il a fait cela a été par le biais du système de croyance de la personne.

Certes, une tendance claire qui se dégage dans les comptes des travaux de guérison de Jésus est que beaucoup de ses paroles et ses actions ont été dirigés vers influencer les croyances et les systèmes de croyance des gens. Comme les énoncés suivants indiquent, Jésus a mis beaucoup d'accent sur la puissance de la croyance. • Ne crains pas, crois seulement. Mark 536 • Si tu peux croire, toutes choses sont possibles à celui qui croit. Mark 924 • Car, en vérité, je vous dis que quiconque dira à cette montagne: Ote-toi, et jette-toi dans la mer; et ne doute point en son cœur, mais croit que ces choses qu'il dit arrivera; il aura tout ce qu'il dit. Par conséquent, je vous le dis, tout ce que le désir de vous, quand vous priez, croyez que vous l'avez reçu, et vous les aurai. Mark 1123-1124 • Selon votre foi que ce soit à vous. Matthew 929

Ces citations impliquent certainement cette croyance est l'un des facteurs clés pour aider un miracle se produise. Comme maintenu Goethe, «Le miracle est l'enfant le plus cher de la foi." Même la science médicale moderne reconnaît l'influence de guérison de croyances sous la forme de «l'effet placebo». Mon propre travail dans les applications de la PNL en psychothérapie et de guérison ont certainement mis en évidence pour moi personnellement la signification des croyances des gens sur leur santé mentale et physique. [Voir l'évolution des systèmes de croyance avec la PNL (Dilts, 1990) et Croyances Sentiers de la santé et bien-être (Dilts, Hallbom & Smith, 1990).] Je l'ai vu des choses assez «miraculeux» se produisent lorsque les gens ont changé croyances limitantes concernant eux-mêmes et leur santé; y compris la récupération d'un cancer et d'autres tumeurs, l'arthrite, les allergies, le lupus, des problèmes de vision, les maladies mentales de nombreux types et même les symptômes du SIDA.

Les trois domaines les plus communs de croyances limitantes centrent autour des questions de désespoir, d'impuissance et d'inutilité. Ces trois domaines de croyance peuvent exercer une grande influence en ce qui concerne la santé mentale et physique d'une personne.

  • Désespoir se produit lorsque quelqu'un ne croit pas un objectif particulier souhaité est encore possible. Elle est caractérisée par un sens que, «Peu importe ce que je fais il ne fera pas une différence. Ce que je veux est pas possible d'obtenir. Il est hors de mon contrôle. Je suis une victime."
  • Impuissance se produit lorsque, même si il ou elle croit que le résultat existe et est possible d'obtenir, une personne ne croit pas qu'il ou elle est capable de l'atteindre. Il produit un sens que, «Il est possible pour les autres pour atteindre cet objectif, mais pas pour moi. Je ne suis pas assez bon ou assez capable de l'accomplir."
  • Insignifiance se produit lorsque, même si une personne peut croire que le but recherché est possible et qu'il ou elle a même la capacité d'accomplir, cette personne croit qu'il ou elle ne mérite pas d'obtenir ce qu'il / elle veut. Il est souvent caractérisée par un sens que, «Je suis un faux. Je ne suis pas. Je ne mérite pas d'être heureux ou en bonne santé. Il y a quelque chose essentiellement et fondamentalement mal avec moi en tant que personne et je mérite la douleur et la souffrance que je fais l'expérience ".

Au cœur de l'œuvre de guérison de Jésus était sa capacité à aider élégamment et efficacement les gens pour décaler ces types de croyances limitantes aux croyances impliquant espoir pour l'avenir, un sens de la capacité et de la responsabilité, et un sentiment d'estime de soi et d'appartenance. étrange capacité de Jésus pour être en mesure d'accéder à et de transformer les croyances fondamentales et les questions d'identité dans ses patients et les adeptes peuvent sans doute expliquer au moins en partie les changements dramatiques qu'il a pu effectuer.

Par tous les comptes, Jésus avait la capacité unique d'aider à facilement et systématiquement les gens à changer les croyances limitantes et établir de nouvelles croyances habilitantes. La question centrale dans la modélisation est: «Comment at-il fait?" Un indice est fourni par le type de stratégies qu'il a promues dans ses enseignements et de paraboles.

Le Semeur et la Semence, un paradigme fondamental pour le changement[modifier]

la parabole de Jésus du semeur et la semence constitue l'une des idées les plus claires et les plus profonds dans son approche de travail avec les croyances et les systèmes de croyance des gens.

Et il leur enseignait beaucoup de choses par des paraboles, et leur dit: dans sa doctrine, écoutez; Voir. Il sortit un semeur pour semer, et il arriva, comme il semait, certains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux du ciel vinrent et les dévora vers le haut. Et certains sont tombés sur le sol pierreux, où elle avait pas beaucoup de terre, et elle leva aussitôt, car il avait pas de profondeur de terre, mais quand le soleil était levé, il a été brûlée, et parce qu'il avait pas de racine, elle sécha. Une autre partie tomba parmi les épines et les épines montèrent et l'étouffèrent et il n'a donné aucun fruit. Et d'autres sont tombés sur la bonne terre et il a fait du fruit qui montait et croissait et mis en avant, une trentaine, soixante, et une centaine. Et il leur dit: Vous qui ont des oreilles, laissez-les entendre. Mark 42-9

Je crois que la parabole du semeur et la semence incarne paradigme fondamental de Jésus pour le changement Ð indépendamment du fait que le changement lié à la guérison, l'enseignement ou le leadership. Comme Jésus l'a expliqué plus tard à ses disciples, la «graine» est comme une nouvelle idée ou croyance. Pour la croyance à croître et à produire des fruits, il doit d'abord être placé dans le contexte approprié. S'il n'y a pas une sorte d'expériences de référence interne pour la nouvelle croyance à «prendre racine» dans, il va disparaître dans le visage de toute critique. Le 'oiseau' épile dès la sortie du cœur. S'il n'y a pas l'expérience «sol» pour lui permettre de se développer dans tous quelqu'un a à faire est de vous regarder loucher, et vous pensez, "Oh, eh bien, je suppose que je suis stupide et insensé, etc." Donc, si la nouvelle croyance "tombe au bord du chemin," si elle est juste peu profonde et que vous êtes en cours d'exécution autour de lui parler, mais pas le sentir, l'entendre, le voir ou le goûter, il est alors facile pour être "foulée" ou "dévoré". Quand une nouvelle croyance "tombe sur un sol pierreux" il est bloqué, comme Jésus a expliqué, par les «endroits difficiles dans le cœur." Ces «pierres» peuvent se rapporter à des expériences passées, des choses que vous n'êtes pas prêt à lâcher. Dans mon travail avec les croyances et la santé, par exemple, les gens ont souvent besoin de travailler à travers les expériences Ð «empreintes de dans leur passé qui pourrait créer un" endroit dur. " Les racines de la nouvelle croyance ne peuvent pas croître parce que la personne ne peut pas aller au-delà de ce sentiment particulier ou cet événement particulier dans leur vie. Lorsque cela se produit, même si la croyance commence à renforcer, il «fane» face à la résistance. Lorsque «le soleil est en place», il devient «brûlé» et, étant donné qu'il n'a pas de racine, elle «dépérit, parce qu'il manque d'humidité." Ainsi, il est important de trouver des moyens de soit enlever les roches ou les émietter dans le sol plus fertile. Par exemple, trouver la «intention positive» derrière un symptôme et de trouver de nouveaux choix pour répondre à cette intention est un moyen de libérer certains de ces endroits difficiles.

Une croyance que «tombe parmi les épines» est celui qui est confronté à des croyances contradictoires, incongruency ou «virus de la pensée». Ces résistances peuvent provenir soit des sources Ð externes ou internes de l'intérieur de la personne ou de l'environnement de la personne. croyances contradictoires ou limitant sont un peu comme les épines qui éclipsent ou «starter» la nouvelle croyance, même s'il est riche sol dans lequel il pourrait se développer. Il est pas que les «épines» doivent être empoisonnés ou détruits, mais ils ne doivent être résolus ou triés. Vous devez créer un contexte écologique; sinon la nouvelle croyance se fait étouffer.

La puissance de cette métaphore est que la «guérison» est assimilé à «jardinage». Vous ne pouvez pas faire pousser un arbre. Au contraire, vous pouvez préparer le sol. Le jardinier ne va pas, «Je vais faire cet arbre grandir, peu importe quoi!" Mais ce que le jardinier peut faire est d'enlever les roches, assurez-vous que le sol est fertile et de voir que les épines ne sont pas entourent le semis. Telle est l'essence de la vue de Jésus de changement. Pour une nouvelle croyance de renforcer et de nouvelles capacités et les comportements à développer, il est nécessaire de:

  1. Approfondir les expériences qui serviront de références pour la nouvelle croyance ou le comportement.
  2. Adresse les résistances internes et des interférences à la nouvelle croyance ou le comportement.
  3. Traiter toute incohérence ou de conflits au sein de la personne ou de son / son milieu.

La prochaine étape dans le processus de modélisation est d'explorer plus précisément la façon dont Jésus a accompli ces objectifs dans ses œuvres de guérison.

La guérison au travers des mots et du tactile[modifier]

Est-il possible de modéliser effectivement des processus spécifiques à travers lesquels Jésus était capable de transformer les obstacles à l'autonomisation des croyances et précipiter des miracles de guérison? Selon les Evangiles, Jésus approche primaire de la guérison impliquait l'utilisation systématique de la langue et de la «imposition des mains».

"... On lui apporta beaucoup qui étaient possédés des démons vers et il chassa les esprits par sa parole ..." Matthieu 814

«... Tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses maladies les lui amenèrent. Il imposa les mains à chacun d'eux, et les guérit" Luke 440

Ces descriptions semblent impliquer que Jésus a eu tendance à utiliser des mots pour résoudre les problèmes liés à l'esprit, et ses mains pour traiter la maladie physique. PNL a trop de techniques thérapeutiques qui sont centrées sur l'utilisation de mots et de toucher. Il est intéressant de considérer ce que les similitudes et les différences il y a entre le travail de guérison de Jésus et l'approche PNL.

Comme beaucoup, je grandi avec seulement une vague idée de ce que Jésus a fait spécifiquement comme un guérisseur. J'ai eu une image de lui marcher jusqu'à les aveugles, les estropiés ou les malades mentaux et 'zappant' eux avec un pouvoir surnaturel, les commandes aboyant et en les haranguant sur le péché ou Satan comme un «télévangéliste» prototypique. Comme je l'ai lu les différents comptes de son travail de guérison, cependant, je trouve tout à fait autre chose. Il a traité les différents individus de différentes manières. Il est décrit comme interagir personnellement avec chaque individu, il a été la guérison, souvent d'une manière douce, de soutien et même affectueux; adressant ses patients comme «fils» ou «fille» Ð jamais comme «pécheur».

Il a également traité les différents types de maladies avec des approches différentes. Dans toutes les descriptions de son travail avec les lépreux, par exemple, Jésus leur dit directement qu'ils sont guéris et les envoie pour accomplir une tâche au temple (voir Matthieu 82-4 et Luc 713-19). Les aveugles, cependant, sont envoyés sur une telle tâche. Au lieu de cela, Jésus insiste sur l'importance de leurs propres croyances dans leur guérison, demandant «Croyez-vous que je peux le faire?" et proclamant, "selon votre foi que ce soit à vous» (Matthieu 927-31). Il est seulement avec la lame que Jésus mentionne même «péché», dit un homme que ses «péchés sont pardonnés» (Matthieu 92) et en encourageant une autre à «ne pèche plus, de peur que quelque chose de pire viens à toi» (Jean 514).

Ces types de variations indiquent un degré élevé de sophistication et de flexibilité en fonction du type d'émission d'un travaille avec. Considérons, par exemple, la description suivante de la guérison de Jésus d'un homme aveugle. "Et il vient à Bethsaïde, et ils apportent un homme aveugle à lui, et le supplia de le toucher et il prit l'aveugle par la main, et le conduisit hors de la ville;. Et quand il avait craché sur ses yeux, et de mettre ses mains sur lui, il lui a demandé s'il voyait quelque chose. et il leva les yeux, et dit: Je vois des hommes comme des arbres qui marchent. Après cela, il remit ses mains sur ses yeux, et lui fit lever et il était guéri, et vit tout distinctement. et il le renvoya dans sa maison, en disant: ni aller dans la ville, ni le dire à tout dans la ville. " Mark 822-26

Il y a un certain nombre d'éléments intéressants à ce rapport. La première est que Jésus n'a pas guéri immédiatement l'homme, mais a fait deux tentatives pour réussir à terminer le processus, en utilisant les évaluations qu'il a obtenu de sa première tentative. Il n'a pas perçu le manque initial de succès comme un échec de sa part, la partie de son sujet ou de la part de Dieu. Il est également intéressant de noter que que Jésus a fait l'homme "look up". Ceci est considéré comme un «cue accéder» pour le système de représentation visuelle en PNL. Considérant que l'homme avait des problèmes avec sa vision et que, au point que Jésus avait lui lever les yeux, il avait un accès partiel à sa vision, cela peut être une indication que Jésus connaissait (au moins intuitivement) et utilisé un accès indices.

Le fait qu'il a conduit l'homme hors de la ville et lui a dit de ne pas aller dans la ville, ni parler à personne dans la ville de l'expérience, indiquerait que Jésus ne faisait pas ce travail comme tout «signe» particulière aux gens là-bas. Plutôt l'accent Jésus est sur la santé de cette personne. De toute évidence, Jésus ne fait aucune mention des péchés ou esprits impurs comme il le fait dans certaines de ses œuvres. Le fait est, Jésus a été décrit comme faisant des choses très précises avec son sujet qui était différent de la façon dont il traitait les autres, et a pris deux itérations pour le compléter.

Un autre de la guérison de Jésus travaille qui a particulièrement fasciné moi était le récit de son traitement de Simon mère-frère de la fièvre. Luke (439) rapporte que, «il se tenait sur elle, il menaça la fièvre, et il a quitté son" Matthew (815), cependant, mentionne qu ' «il toucha la main" et Mark (131) dit que Jésus "prit par la main, et la fit lever. " Ces Description sont intéressants en ce que, pris ensemble, ils indiquent que même si Jésus a été "réprimandait« la fièvre verbalement, il soutenait la femme kinesthésique. En d'autres termes, sa communication auditive et kinesthésique sa communication ont été dirigés vers deux niveaux différents, et en effectuant deux fonctions différentes. Ses paroles ont été dirigés vers le symptôme et sa touche a été dirigée vers la personne.

Du point de vue PNL, nous pouvons penser à l'interaction en termes d'un «message» verbale et un 'metamessage' non-verbale. Le message comprend la «réprimande de la fièvre». Il est dirigé à l'expression comportementale du symptôme. Le toucher de la main est un metamessage non verbal qui communique, «Je vous soutenir." Jésus prit la main et la souleva alors réprimandant la fièvre. Ainsi, il n'y a pas de confusion qu'il est "réprimandait" le patient pour avoir de la fièvre. Je pense qu'il ya quelque chose de très profond et puissant sur cette simple combinaison de mot et le toucher.

Il est également intéressant de noter que le mot «réprimande» en anglais a été traduit du mot grec, epitimao qui ne signifie pas simplement d'être violent verbalement. Cela signifie 'pour définir un poids sur'. L'implication est que Jésus n'a pas été nécessairement parler avec colère, mais plutôt «faire pression» sur le symptôme. Nous sommes donc donné ce beau sentiment de faire pression sur la fièvre verbalement et en soulevant la personne physique. Il enlève les «pierres» et les «épines» tout en même temps, il soutient le «sol» en soulevant et en soutenant la personne. Je pense que cela reflète un aspect profond de la guérison. Ce type de combinaison verbale et non verbale a été l'inspiration pour un certain nombre de techniques dans le séminaire «Motifs de guérison».

Ce ne sont que deux des nombreux exemples fascinants des œuvres de guérison de Jésus. Malheureusement, pour aller en profondeur avec toutes les autres est au-delà de la portée de cet article.

La Mission to Heal[modifier]

Plus que toute autre chose, ce qui brille à travers les rapports de Jésus de l'œuvre de guérison est qu'il y avait une «mission de guérir» derrière ses actions. Je pense que de nombreuses façons dont la mission de guérir est encore plus important que d'avoir les outils pour guérir. Je pense que la «guérison», par opposition à «durcissement» ou «fixation» ou «réparer» quelque chose qui est cassé, sort de ce sens de la mission.

Une des choses qui apparaît très clairement dans les évangiles est que Jésus n'a pas essayé de garder la mission ou la capacité de «guérir» à lui-même. Matthew (101) rapports, "Et quand il avait appelé à lui ses douze disciples, il leur donna le pouvoir contre les esprits impurs, de les chasser, et guérir toutes sortes de maladies et toutes sortes de maladies." En fait, l'une des premières tâches qu'il était à ses disciples de sortir et de "Guérissez les malades, purifiez les lépreux, ressuscitez les morts, chassez les démons Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement." (Matthieu 108) 'avez Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ». Ce n'est pas un message que la guérison est quelque chose qui doit se tenir à et pratiqué que par une petite élite. Au contraire, il implique que la guérison est une mission à partager.

Selon Mark (314-15) "Et il en établit douze, ils devraient être avec lui, et qu'il pourrait les envoyer prêcher, et d'avoir le pouvoir de guérir les maladies et de chasser les démons." Luke (101) ajoute que, plus tard dans son ministère, Jésus "nommé un autre de soixante-dix, et il les envoya deux à deux devant lui dans toutes les villes et le lieu", en leur disant de «guérir les malades qui s'y ... "

On nous dit aussi que Jésus n'a pas découragé la pratique de la guérison en son nom se fait par des gens qui étaient pas même ses disciples (Marc 938-40, Luc 949-50). Quand Jésus est dit que quelqu'un qui n'a pas été l'un de ses disciples était hors guérison dans son nom, et a demandé s'il allait châtier cette personne Jésus répond: «Celui qui est pas contre nous est avec nous." (Luc 950). Il est comme s'il disait que toute personne qui partage la mission de guérir les actions quelque chose qui est vraiment important et profond.

Mon interprétation des commentaires et des actions de Jésus est que la capacité de guérir était pas seulement quelque chose que Jésus voulait garder pour lui-même, mais plutôt était quelque chose qu'il avait l'intention d'autres à apprendre et à faire. Non seulement Jésus ne voulait et encourager les autres à guérir, il semble avoir assez bien réussi à transférer la capacité. Mark (613) mentionne que les disciples de Jésus, "chassaient beaucoup de démons, et oignirent d'huile beaucoup de malades et les guérit."

Il est dans l'esprit de la mission de guérir que je l'ai abordé l'étude de la structure des œuvres de guérison de Jésus et inviter d'autres à approcher. Indépendamment de fond ou les croyances religieuses de l'un, je crois qu'il est possible de trouver un lien entre ces modèles et la mission de guérir. Si une personne est «Mère Teresa» ou un chaman, les gens qui ont une mission de guérir, ou pour être guéri, partager un chemin semblable et ont quelque chose à gagner à une telle étude.