Pédagogie PNL : Différence entre versions

De WikiPNL
 
Ligne 33 : Ligne 33 :
 
* L'expression - ou stratégie d'intégration visuelle/auditive.
 
* L'expression - ou stratégie d'intégration visuelle/auditive.
  
Lire aussi : [[Stratégies d'apprentissage]]
+
{{Article détaillé|Lien=Stratégies d'apprentissage}}
  
 
== Séquence des actions pédagogiques ==
 
== Séquence des actions pédagogiques ==

Version actuelle datée du 1 juillet 2020 à 09:36

ÉtoileG01p.png

La pédagogie PNL est une méthode d'enseignement issues de la Programmation Neuro-Linguistique. Elle émerge de recherches pragmatiques à partir de l'observation et la modélisation d'élèves brillants pour en retransmettre les savoir-faire et savoir-être à ceux qui en ont besoin. Elle se caractérise par le travail sur trois aspects : l'estime de soi, les attitudes vis-à-vis de l'effort et des relations, ainsi que sur les stratégies mentales d'apprentissage.

En milieu scolaire, la PNL est spécialement utilisée dans le cadre des stratégies d'apprentissages.

Repères historiques[modifier]

La pédagogie est l'un des premiers objets d'étude de la Programmation Neuro-Linguistique. En effet, dès 1979, dans leur livre Frogs into Princes, Bandler et Grinder donnent une retranscription d'un de leur séminaire dans lequel ils aident une personne à analyser sa stratégie de mémorisation de l'orthographe[1]. Richard Bandler décrit l'apprentissage de l'orthographe comme étant un problème de stratégie mentale[2],[3] et non pas de canal sensoriel privilégié mais bien plutôt une séquence (une combinaison) de plusieurs opérations sensorielles différentes dans un ordre donné. Il ne suffit donc pas de visualiser mais il faut valider la première opération par une seconde destinée à l'évaluer, ou ici la tester kinesthésiquement. L'usage de la Programmation Neuro-Linguistique dans l'apprentissage a été pendant un temps de demander à chaque enfant de découvrir sa propre stratégie de réussite, c'est-à-dire de lui demander comment il s'y prend quand il réussit. Cette démarche respecte le rythme de l'apprenant et ses choix. Néanmoins, leur meilleure façon de faire peut ne pas être aussi performante qu'il l'espère. Si celle-ci est juste moyenne, alors ils ne pourront pas vraiment s'améliorer[4]. Enfin, la modélisation permet de dégager les grandes lignes des stratégies d'apprentissage.

En 1982, Robert Dilts et Todd Epstein animent le premier séminaire (5 jours au Canada) centré spécifiquement sur les stratégies d'apprentissage[5]. En 1987, le centre de formation New Learning Pathways (États-Unis) propose, en Belgique, un séminaire sur les stratégies d'apprentissage. À partir de l'année suivante, le centre de formation « Inter Actif » se spécialise dans ce domaine en développant une recherche/action systématique sur tous les enseignements (français, mathématiques, histoire, etc.) et à tous les âges[6]. À partir de 1995, Alain Thiry y crée une formation complète (actuellement de 16 jours) spécialisée exclusivement sur ces stratégies PNL d'apprentissage[7]. Celle-ci est la première à obtenir, en 2012, un agrément de NLPNL (fédération des associations des certifiées en PNL) pour le domaine de l'apprentissage. Depuis 2003 et à la suite de cette formation, la première école primaire en Belgique, celle de « Saint Dominique Savio », à Mouscron (école privée et gratuite) applique ces stratégies dans tous les cours avec une population d'enfants en grande difficulté scolaire. L'établissement parvient à faire réussir 90 % d'entre eux lors de l'examen de fin primaire, le certificat d'étude de base (« CEB »), examen organisé par la communauté française de Belgique, et proche du Baccalauréat français, mais pour les primaires[8]. La pédagogie PNL se manifeste à travers deux aspects majeurs : le relationnel et l'apprentissage cognitif.

Relationnel, attitudes et estime de soi[modifier]

L'aspect relationnel est guidé par les présupposés PNL et par le fait d'éviter les confusions de niveaux logiques. Par exemple, que ce soit entre enfants ou entre enseignants et enfants, le présupposé résumé par la phrase La carte n'est pas le territoire invite chacun à accepter l'autre dans sa différence et à nuancer ses croyances limitantes[9]. L'autre présupposé : Il n'y a pas d'échec, il n'y a que du feedback rappelle à chacun que faire une erreur n'a aucune importance mais que la seule chose qui compte c'est comment faire pour ne plus jamais faire cette même erreur et, donc, d'apprendre[10]. Pour les intervenants pédagogiques en PNL, les tâches données aux apprenants devraient être choisies, adaptées et organisées en une séquence croissante en difficulté de telle manière que chaque apprenant puisse réussir et donc maintienne son estime de soi et sa motivation. Les niveaux logiques expliquent qu'un apprenant n'est pas son comportement ou son niveau de compétence actuel, mais qu'il a les compétences qu'il a déjà et peut apprendre celles qu'il décide d'avoir. Ceci crée un climat d'accueil, de respect, de soutien et de responsabilisation, cadre proprice aux apprentissages scolaires.

Aspect cognitif des apprentissages[modifier]

Trois démarches coexistent dans l'usage de la PNL dans le domaine de la pédagogie. Une première serait de tenir compte des méta-programmes[11] que l'apprenant utilise, l'enseignant devant s'y adapter. Une second reposerait sur la modélisation de la meilleure stratégie que l'apprenant utilise et invitant celui-ci, après cette prise de conscience, à étudier dorénavant toujours de cette manière là. Une troisième, décrite dès les débuts de la PNL par les concepteurs, est centrée sur la modélisation des stratégies d'apprentissage d'élèves excellents pour les retransmettre aux élèves en difficulté, dans une logique d'adoption des meilleures pratiques.

Attitudes mentales privilégiées[modifier]

Certains praticiens utilisent le modèle des canaux sensoriels privilégiés[12] pour la pédagogie. Ils prônent l'idée selon laquelle l'enseignant doit tenir compte et adapter de fait sa pédagogie au canal perceptif privilégié de l'apprenant : montrer s'il est visuel, expliquer s'il est auditif, faire manipuler s'il est kinesthésique. Cette position est proche de la gestion mentale d'Antoine de La Garanderie qui veut qu'un enfant soit visuel ou auditif et qu'il apprendra d'autant plus facilement que l'enseignant s'y adapte[13]. Ce modèle est également proche de la méthode multisensorielle[14] issue des expérimentations en sciences cognitives, et qui consiste à proposer à l'enseignant d'utiliser dans ses leçons tous les canaux sensoriels. Cependant, certains PNListes considèrent l'approche des canaux sensoriels privilégiés comme un piège[15], car il enferme l'élève dans une pratique d'apprentissage figée[16].

Exploration de ses propres processus mentaux[modifier]

D'autres praticiens PNL utilisent une démarche d'échanges avec l'enfant et d'observation de redondances dans sa manière d'apprendre dans des domaines où il réussit. L'objectif étant d'aider l'enfant à prendre conscience de ses processus cognitifs sur base de sensorialité, dans le but qu'il puisse les reproduire dans des matières qui lui sont plus difficiles. Cette démarche respecte le rythme de l'apprenant. Celui-ci se sentira écouté et la relation s'en ressentira. Néanmoins, le piège pourrait être de modéliser une stratégie qui soit seulement "moyenne" et qui limiterait ainsi dans les apprentissages futurs.

Modélisation des élèves brillants[modifier]

Un exemple de stratégie mentale étudiée par la Programmation Neuro-Linguistique : la stratégie de mémorisation d'une leçon.

Une troisième démarche repose sur la modélisation des stratégies des élèves brillants. Ceux-ci ont tendance à faire les mêmes opérations mentales face à une même tâche scolaire, comme pour mémoriser l'orthographe d'un mot. Visualiser le mot (c'est le « visuel remémoré ») puis le ressentir comme juste (« contrôle kinesthésique ») est un exemple de stratégie plus efficace que celle d'épeler auditivement[17]. Néanmoins, les apprenants ne suivent pas toujours les mêmes opérations. Celles-ci changent en fonction de la tâche, ce qui a permis de distinguer chez eux cinq outils mentaux : comprendre, mémoriser, réfléchir, prononcer, transférer[18]. Dans cette démarche, on invite les jeunes à adopter les manières d'apprendre des meilleurs, en s'adaptant par conséquent à la tâche. S'en sont suivies de nombreuses expérimentations empiriques dans des classes de tout âge pour tester ces cinq stratégies mentales et ce dans toutes les matières. Mémoriser un mot d'orthographe, une formule de mathématique, ou 50 pages d'histoire nécessitent une mise en œuvre à chaque fois différente, même si ce sont toujours les mêmes cinq stratégies fondamentales[19].

Les 4 grandes stratégies d'apprentissage sont :

  • La compréhension — nécessite la visualisation analogique du sens et pour s'y forcer de schématiser.
  • La mémorisation — un visuel remémoré suivi d'un contrôle kinesthésique.
  • La réflexion - son déclencheur correspond à se poser les bonnes questions dans le Di.
  • L'expression - ou stratégie d'intégration visuelle/auditive.
Article détaillé : Stratégies d'apprentissage

Séquence des actions pédagogiques[modifier]

Intégration des stratégies[modifier]

La seule façon d'intégrer une stratégie mentale est de passer dedans plusieurs fois d'affilée. Trois étapes sont à distinguer :

  • l'installation — expérimenter la stratégie, apprendre à réaliser la séquence d'opérations mentales nécessaires avec une matière d'un niveau qui lui est facile, puis
  • l'entraînement — s'entraîner avec une matière qui est de son niveau réel[20], pour ensuite passer à
  • l'utilisation — pouvoir utiliser ces stratégies sur les nouvelles matières.

Séquence dans une leçon[modifier]

Lorsque tous les enfants d'une classe ont intégré les stratégies nécessaires, l'enseignant peut les utiliser au travers des leçons qu'il donne. C'est l'étape d'utilisation de toutes les stratégies intégrées.

  1. Accroche motivationnelle. Révision rapide des prérequis. Description des objectifs de la nouvelle notion et en quoi celle-ci leur sera utile.
  2. Exposé théorique suivi d'une visualisation et schématisation collective (échange sur la pertinence et l'aspect complet de cette schématisation).
  3. Mémorisation de la synthèse graphique[21].
  4. Réflexion sur les liens possibles avec d'autres connaissances[22].
  5. Expression verbale ou écrite[23].
  6. Pont vers le futur (s'imaginer utilisant dans le futur les connaissances acquises)[24].
  7. Sans oublier une séquence de révision[25].


Notes et références[modifier]

  1. Richard Bandler et John Grinder, 1979, p. 32-33 ou dans la traduction française : Richard Bandler et John Grinder, 1982, p. 54-55.
  2. Richard Bandler et John Grinder, 1982, p. 54-55.
  3. Richard Bandler, 1990, p. 170.
  4. Alain Thiry, 2007, p. 50.
  5. Robert Dilts et Todd Epstein, 1995, « Préface », p.xi.
  6. Alain Thiry, 2006, p. 18.
  7. Alain Thiry, 2006, p. 139.
  8. Alain Thiry, 2012, p. 19.
  9. Jean-Luc Canal, Pascal Papillon et Jean-François Thirion, 1994, p. 23.
  10. Jean-Luc Canal, Pascal Papillon et Jean-François Thirion, 1994, p. 41.
  11. Les méta-programmes en PNL sont une grille d'observation des attitudes mentales comme voir un verre à moitié vide plutôt qu'à moitié plein.
  12. Reine Lepineux, Nicole Soleilhac et Andrée Zerah, 1993, p. 32-33.
  13. Antoine de la Garanderie et Geneviève Cattan, Tous les enfants peuvent réussir, Centurion, 1988, Paris, p. 136-139, isbn=2-227-00416-9.
  14. site Université Pierre-Mendès-France de Grenoble, Edouard Gentaz, Toucher pour connaître et apprendre, consulté le=22 février 2011.
  15. Le bêtisier des PNListes" de Alain Thiry, édition 2012 InterActif à Gembloux (Belgique), p. 35-37, ISBN|978-2-9601212-1-6
  16. Alain Thiry, 2006, p. 50.
  17. Robert Dilts et Todd Epstein, 1995, p. 164.
  18. Alain Thiry, 2006, p. 18.
  19. Alain Thiry, 2006, p. 18.
  20. Alain Thiry, 2007, p. 61.
  21. Alain Thiry, 2006, p. 99.
  22. Alain Thiry, 2006, p. 101.
  23. Alain Thiry, 2006, p. 107.
  24. Alain Thiry, 2007, p. 70.
  25. Alain Thiry, 2006, p. 102.

Bibliographie[modifier]

  • Richard Bandler et John Grinder, Frogs Into Princes, Real People Press, {{{lieu}}}, 1979, (ISBN 0-911226-18-4).
  • Richard Bandler et John Grinder, Les Secrets de la communication, LeJour, {{{lieu}}}, 1982, (ISBN 2-89044102-4).
  • Richard Bandler, Un cerveau pour changer, InterEditions, {{{lieu}}}, 1990, (ISBN 2-10-004952-6).
  • Robert Dilts et Todd Epstein, Dynamic Learning, Meta Publications, USA Californie, {{{lieu}}}, 1995, (ISBN 0-916990-37-0).
  • Jean-Luc Canal, Pascal Papillon et Jean-François Thirion, Les outils de la PNL à l'école, éditions d'organisation, {{{lieu}}}, 1994, (ISBN 2-7081-1651-7).
  • Isabelle David, France Lafleur et Johanne Patry, Des mots et des Phrases qui transforment, Chenelière/Mc Graw-Hill, Montréal - Canada, 2004, (ISBN 2-89461-669-4).
  • Reine Lepineux, Nicole Soleilhac et Andrée Zerah, La Programmation Neuro-Linguistique, Nathan, Paris, 1993, (ISBN 209-120-522-2).
  • Alain Thiry, Ça y est, j’ai compris !, De Boeck Université, Bruxelles, 2006, (ISBN 2-8041-5240-5).
  • Alain Thiry et Yves Lellouche, Apprendre à apprendre avec la PNL, De Boeck Université, Bruxelles, 2007, (ISBN 978-2-8041-5414-1).
  • Alain Thiry, Ça y est, j’ai compris !, De Boeck Université, Bruxelles, 2012, (ISBN 978-2-8041-7017-2).
  • Alain Thiry, La pédagogie PNL, De Boeck Université, Bruxelles, 2014, (ISBN ).